LA TOMATE EN PLEINE POIRE !
Scénario de Vallenain
http://lecercledesecriteurs.free.fr/

Illustration de Mart!n
http://martinbd.canalblog.com/

La tomate, un thème si… rouge ! Et comment ne pas le relier aux Jeux Olympiques de Beijin ! Je vous le demande !

Il est vrai qu’au premier coup d’œil, on peut se demander s’il ne s’agit pas d’un délire scénaristique quelconque, d’une crise de folie passagère, ou de l’emprise démoniaque d’une imagination trop peu exploitée qui cherche à se faire connaître mais non, le lien est bel et bien réel et justifié : les Français !

Si la tomate se rattache à ces olympiades, c’est grâce aux Français qui servent d’intermédiaires. Essayons de comprendre pourquoi (en fait si j’utilise la deuxième personne du pluriel, c’est pour que VOUS ne vous sentiez pas trop ridicule, j’ai déjà compris, MOI !). Il est une discipline, malheureusement non olympique, qui vise à balancer avec entrain des tomates un peu trop mures sur de pauvres artistes (ou sportifs !) dont la réussite est à vrai dire discutable. En d’autres termes, il s’agit de recouvrir leur laid visage de looser par un coulis rouge bien plus sympathique parce qu’ils sont nuls ! Mauvais ! Ratés ! Ah ingrate nature, ô bassesse humaine ! Et c’est là qu’interviennent nos Français aux Jeux Olympiques, ou plutôt qu’ils tentent d’intervenir, à l’image d’une Laure Manaudou qui, mauvais jeux de mots à part, ne décrochera pas l’or ! Et l’escrime alors ?! Fleuret de notre histoire (ou fleuron, cela dépend de l’esprit blagueur du lecteur). Certes quelques rondes médailles sont venues à notre secours, un peu comme des bouées de sauvetage sur cet océan rouge chinois (et non pas rouge tomate, toujours relier au thème, toujours !) mais le naufrage du France est inévitable, le coq sombre, le coq prend l’eau (alors qu’il est bien meilleur avec du vin). Nous, Français (car il ne faut pas s’exclure sournoisement de l’histoire), sommes en quelques sortes la rizière de ces jeux et c’est avec tristesse que j’éteins ma télévision chaque soir. Non, les tomates n’était pas de bonnes augures, c’est rouge de honte que nous repartirons, et rouge tomate un peu…

Précédente               Sommaire               Suivante

Retour vers BDAmateur.com